Triathlon XL de Gérardmer, taille patron !

La ville de Gérardmer accueille 2 épreuves de triathlon par an, le Xterra et le XL, et propose à chaque fois une prestation haut de gamme aux athlètes. Organisation irréprochable, ambiance festive, parcours exigeants, cadre magnifique et sensations garanties. Seule la météo peut vraiment changer le visage de ces courses du tout au tout. Mais cette année c’est deux fois du beau temps. Je suis inscrit sur le XL pour le plaisir car ce n’est pas mon objectif pour cette année, trop long, mais je ne l’ai jamais fait depuis ma participation à l’Ironman en 2002 et je suis curieux de voir. 1.9 km dans le lac magnifique, 93 km de vélo avec 3 cols par tour pour près de 2000m de dénivelé et 21 km à pied autour du lac avec deux belles bosses. Les meilleurs mettent 20 min de plus qu’à Belfort et son Ballon d’Alsace, excusez du peu.P1020927

Nous sommes 4 copains au départ et nous avons loué un gite sur les hauts de Gérardmer avec vue sur le lac, magnifique. Un bon week-end nous attend. Deux conjointes supportrices nous rejoignent pour nous encourager et nous entendre ensuite raconter nos exploits : les femmes de triathlètes ont vraiment du courage !

Samedi matin, départ. Après avoir compris comment les différents sacs de change et transition fonctionnaient, je pars sur la plage-départ natation.  Objectif : bien nager, assurer en vélo et faire une bonne course à pied. Alea jacta est. Je pars avec les pros, une technique qui marche parce que derrière ça bagarre et ça tabasse, 1500 personnes dans l’eau en une vague c’est trop, mais ça, c’est les copains qui le disent, après la course. Je sors dans les 50 premiers, sensations moyennes mais bien placé. Et là commence l’épreuve de patience pour moi : rouler prudemment pour ne pas me griller, laisser partir tous les concurrents qui roulent plus vite que moi sans chercher à les suivre pour ne pas me griller. Alors je patiente et je découvre le parcours. Pour ne rien arranger j’ai monté une cassette un peu courte sur mes roues carbone : 11*21, pas l’idéal dans les bosses à 7 ou 8 %, mais ça passe. 1er tour prudent, 2ème tour pareil, et ça commence à bouger au 3ème, la caisse revient et je termine fort. Ca s’appelle du negative split, accélérer à chaque tour.  Je pars à pied à un bon rythme et je tiendrai là encore pour finir les 21 km en 1H36, incroyable pour moi. Au final je suis comblé, j’ai fait une course progressive et j’ai fini quasiment à bloc alors que d’habitude je m’écroule à pied. Objectif atteint.P1020936

Le meilleur moment c’est le massage après la course et surtout le repas du soir avec les copains à la pizzéria bondée pour refaire la course autour d’un verre. La bière est autorisée cette fois, elle est même méritée. Prochaine étape et dernière course avant Maui : cross triathlon de St Raphaël le 15 octobre. Et d’ici-là dernier plan d’entraînement sur 6 semaines. Ca sent bon l’Océan Pacifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>