Xterra Xonrupt : 7 juillet 2013

201307071629-21

La descente est très rapide et technique. Prise de risque maximum, mais derrière ça revient vite.

Un an après la course qui m’avait propulsé vers Maui et sacré vice champion de France, tout était prêt pour une belle épreuve à Gérardmer. Une météo parfaite, soleil et température correcte, un terrain assez sec et quelques passages gras, mais la boue c’est bon pour la peau, de l’eau à 20°, un chalet à proximité loué pour le week-end avec Patrick et Joël, what else ?  La forme peut-être ? On allait bien voir.

Xonrupt c’est le top de l’organisation, 800 concurrents, une super ambiance, un site parfait, un accueil de qualité, une pasta party gargantuesque et des beaux lots aux participants. Ah oui j’oubliais, un parcours VTT de folie, 39 km avec 1600 mètres de dénivelé, une course qui dure en moyenne 45 minutes de plus pour les pros, une bonne heure pour les autres. Un détail.

201307071637-4

Joël, mon frangin, a fait une magnifique course avec un temps VTT canon.

Après une course très moyenne en Suisse et semaine blanche pour surcompenser, j’étais  un peu sceptique sur ma forme mais prêt à me battre. Tout était calé. Au départ natation je me place dans les pieds des pros et je pars dans le bon paquet, ça tabasse jusqu’à la première bouée et le virage est serré. Retour qualité et au final une bonne natation en 21’15″. Jusqu’ici tout va bien. Je pars en vélo et cette année je n’oublie pas mon ravitaillement comme l’année dernière et je prends des risques dingues : pas de chaussettes ! Dans la première bosse, pas de jambes, pas moyen de relancer. Pas grave Juju, roule, assure, soigne tes trajectoires, passe propre. Mais quand-même, j’arrive pas à suivre comme d’habitude. Et ça monte ici. Les cadors me doublent, ils nagent pas bien mais ils roulent et ça passe fort. Pas moyen d’accrocher. Je mange, je temporise, j’assure, mais ça ne revient pas. Je termine le premier tour par la descente, rapide et technique, plutôt bien. Et j’entame le deuxième tour, et la galère commence. Les jambes brûlent, les yeux piquent, le coeur s’affole et je sais que je vais en baver. Dur d’être motivé quand on est sec, vidé. Je termine ce tour interminable mais je n’y suis plus. Vers la fin Joël me double et je sais que j’ai perdu les  10 minutes que j’avais gagnées en natation. Alors de retour au parc je décide d’arrêter ma  course.

201307071630-1

Erbenova, la première féminine. Elle arrive à seulement 30′ de Nicolas Lebrun, le vainqueur du jour. Respect à tous les deux !

Pas facile d’abandonner, surtout avec autant de connaissances venus pour m’encourager, mais franchement « y’a pas moyen », je ne suis pas en état. J’attends mes amis qui terminent et on boit une bière tous ensemble, la journée a été magnifique et la course aussi. Le sport c’est çà aussi, on ne peut pas toujours être en forme, ni toujours gagner. Donc maintenant c’est les vacances et je savoure cette pause dictée par mon corps. Après six mois de travail assidu je vais me reposer et en profiter pour me recharger et revenir au mois d’août en Allemagne à Zittau. A bloc. See you in Germany !

 

Xterra Suisse, vallée de Joux, 29 juin 2013.

L’année dernière l’épreuve suisse s’était déroulée à Prangins au bord du lac dans un cadre magnifique mais le parcours était plutôt plat, sans vrai intérêt pour des VTTistes. Cette année je me réjouissais de voir la course se dérouler dans la vallée de Joux, au bord d’un lac naturel et dans les montagnes à la frontière suisse, gages de dénivelés et de sentiers techniques.

XTERRASUISSELe parcours n’a été dévoilé que le jour de la course et les conditions météo l’ont rendu très glissant. Une rivière de boue par endroits. Beaucoup de route et de chemins roulants, peu de singletracks, peu d’occasion de faire la différence avec la technique. Ajoutons à cela une météo digne d’un mois de novembre, pluie et froid, terrains détrempés et vous aurez le cadre de cette course hélvète. L’organisation a décidé d’annuler la natation à cause du ratio des températures air/eau (10°/16°) et la course devient un duathlon. Oups, pas bon pour moi çà ! Tanpis, haut les coeurs !

Départ en fanfare pour 5 km de course, les duathlètes courent vite, moi aussi mais ça ne suffit pas. Une montée genre impossible de 200 m dans un champ à vaches à 45° de pente, ça calme. Je prend le vélo en 80e position. Pas bon. Le vélo me permet de remonter et je gère car le duathlon casse les jambes pour la deuxième transition. Boire et manger. Pas de problème de chaleur, il fait 13°. Je pose le vélo 35e, après une belle chute dans la dernière descente là où tous les spectateurs se massent, et les 10 km qui restent à parcourir vont faire mal. Les jambes sont là, le coeur pas vraiment, mais je cours régulièrement jusqu’au bout. Verdict final : plutôt décevant. Je ne suis pas duathlète, c’est sûr, et le niveau est plus haut qu’en Grèce. Mais je suis à 25 minutes du premier, à ma place. La vraie épreuve aujourd’hui, c’est le nettoyage du matériel et des habits maculés de boue. A grande eau et au jet ! Courage, demain est un autre jour et la météo devrait enfin s’améliorer. Et hier c’était le Xterra France à Xonrupt, championnat de France. Retour en images dans quelques jours !

Le polo 2013 arrive !

ImpressionComme l’année dernière, un polo en soutien à l’aventure julienxterra, saison 2, est mis en vente.

Grâce à un partenariat avec le magazine L’Utile à Tous, le polo sera vendu 16 euros et pour ne rien gâcher au plaisir c’est un modèle longues manches.

Si vous le souhaitez vous pouvez télécharger le bon de commande ICI.

Merci d’avance de votre soutien

Xterra Grèce : Lake Plastira (15/6/13)

Qui n’a pas rêvé d’aller en Grèce pour apprécier ses paysages somptueux et son climat idyllique ? A l’arrivée à l’aéroport de Volos, je suis surpris par la météo: ciel gris, pluie, températures à peine plus élevées qu’à la maison. Pas très engageant. Lake Plastira est dans les terres, à 350 km d’Athènes, à 800 mètres d’altitude. Le soir il fait frais et un orage qui me surprend  me laisse trempé et transi, à essorer avant la douche brûlante. Mais dès le vendredi, le soleil sort et réchauffe tout, enfin. Le contraste est saisissant, tout le relief ressort, les paysages sont magnifiques et le ciel est d’un bleu intense. C’est parti.

Jeudi, reconnaissance de la course avec Olivier mon compagnon de voyage qui rêve de qualif à Maui et Marvin le prodige du VTT, déjà champion du monde à 19 ans. Natation dans le lac en triangle autour de 3 bouées, parcours VTT pas très technique mais une montée par paliers qui se termine par le pourcentage le plus difficile sur un sol caillouteux et sableux, piégeux à souhait en descente, et pour finir 5 kilomètres de relance en faux-plat, le tout à parcourir 2 fois avec 500 mètres de dénivelé à chaque tour. Le parcours à pied est en étoile à proximité du lac avec des passages en sous-bois et dans les champs en 2 tours avec 60 mètres de dénivelé par tour. A la reconnaissance, la partie VTT nous semble peu intéressante et pas trop difficile, la partie pédestre intéressante et plutôt facile. Et l’eau est bonne.

P1020460

Premier podium Xterra de l’année en Grèce : 1er S4.

Samedi, jour de la course : il fait chaud, très chaud et nous partons à 11 heures, en plein soleil. Je me sens en forme mais pas « dedans », la nuit a été agitée.  Après l’échauffement et les préparatifs de course nous nous plaçons au départ, dernier salut, bonne chance à tous. C’est parti. Natation en dedans, je m’applique. Bonnes sensations sur les deux tours, je nage technique, merci Roger, je me place et j’économise. Sortie de l’eau vers le parc, nous sommes beaucoup en mouvement. Je pars doucement. Le premier tour est géré avec raison, je ne force pas, je double tranquillement. Idem au deuxième tour mais je roule avec les adversaires, je suis à ma place. Je peaufine mes trajectoires après la descente et je gagne du temps sans me fatiguer. Commentaires en grec, impossible de savoir ma place. Je rentre au parc et je suis le premier de ma catégorie, seuls les pros ont posé les vélos. Je pars à pied, les jambes courent toutes seules mais le cardio ne suit pas. Malgré tout je cours, plus vite au deuxième tour qu’au premier et j’arrive enfin en 2h38, à 20 minutes du premier. D’habitude c’est 30min. Plutôt content.

P1020467

Et une qualif pour Hawaï, une !

Après la récup je passe à l’hôtel et les résultats sont affichés : 12ème place au scratch, 2ème amateur, 1er de ma catégorie S4. Super résultat et qualification pour Hawaii du premier coup. Un plaisir n’arrivant jamais seul Olivier est 3 ème de sa catégorie mais le 2ème a déjà sa qualif, donc Olivier pourra partir aussi, même s’il n’y croit pas encore. Et Marvin est aussi assuré du départ avec sa 8ème place au scratch chez les pros. Rendez-vous est pris pour octobre. Une petite pensée pour Frank resté à Lure avec un genou blessé.

 

C’est parti !

logo_xterra_greceAprès des semaines d’entraînement dans des conditions rendues difficiles cette année par une météo hivernale à rallonge, me voici enfin sur le départ pour la première course de la saison en Grèce. Le championnat d’Europe compte 8 manches cette année, je devrai en courir 5 pour être classé et défendre mon titre de champion d’Europe en catégorie S4. Les courses choisies s’étalent tous les 15 jours en Grèce, Suisse, France, Italie et Allemagne. 2 courses joker en Tchéquie et en Angleterre. Je cherche cette année encore à obtenir la qualification pour la finale à Maui en octobre, il faudra arriver dans les 2 premiers S4 sur une des courses.

Ma préparation a été complète et assidue avec un plan d’entraînement rigoureux. Maintenant j’ai hâte de passer aux choses sérieuses et d’aller en découdre.

Tout est prêt : la valise, le vélo et le bonhomme. Et les copains qui ont souffert à mes côtés à l’entraînement sont aussi contents que ça s’arrête ! Merci les gars !

Le dernier check-up chez le médecin ce matin affiche tous les voyants au vert. La seule chose qui m’inquiète encore c’est la grève des contrôleurs aériens prévue aujourd’hui. Peu importe, j’irai en nageant s’il le faut, ça fera un bon échauffement !

Je vous donne à tous rendez-vous sur ma page Facebook pour suivre cette aventure en photos et je vous dis à très bientôt pour la suite de la saison.

Γεια σε όλους (Salut à tous)

bandeau_xterra_grand

Avec les honneurs

121420122008_DxOL’hiver est le temps du  repos et des bilans, mais aussi des célébrations. Après une saison pleine et riche en émotions, nous avons souhaité remercier les partenaires de l’aventure en organisant une soirée dans les locaux de la STPI et en invitant toutes les personnes qui avaient  soutenu mes efforts. Un très bon moment, simple et convivial, et l’occasion de partager mes souvenirs de Maui avec un diaporama de photos prises là-bas.

Nous, c’est Frank Dittel, qui m’a accompagné à Maui et toute l’année sur les courses et aux entraînements, et Olivier Vincent, alias M. communication, qui a œuvré dans l’ombre pour que JulienXterra devienne visible. Merci à eux.

A suivi la cérémonie des vœux du Président du Conseil Général, M. Krattinger, dont j’étais un des invités sportifs mis à l’honneur cette année aux côtés de Thibaut Pinot et Julien Casoli : une première pour le CG 70 qui voulait donner du sang neuf à sa cérémonie annuelle devant 1200 personnes. Moins facile de s’exprimer devant une telle assemblée que de courir un triathlon !

Et pour terminer, la ville de Lure m’avait convié en tant qu’invité d’honneur à sa cérémonie des trophées sportifs lurons aux côtés du Docteur Jacky Maillot, médecin du sport, et de Sylvain Matriciano, entraîneur et sélectionneur national en football. Une belle soirée qui a récompensé tous les acteurs sportifs et performers du bassin luron en 2012.

Au-delà de l’aspect gratifiant d’être mis en avant pour mes résultats sportifs, j’ai pu faire partager mon aventure et servir de représentant des valeurs qui me sont chères et que je retrouve dans le sport : respect, plaisir, rigueur, esprit de compétition, hygiène de vie et santé.

Je ne tire aucune gloire de cette position mais je sais qu’elle me permettra de transmettre ma passion et de continuer à mon tour d’honorer les partenaires qui me font confiance pour une nouvelle saison de Xterra.

2012 est terminée, vive 2013.

Lors de la cérémonie des Vœux du Conseil Général de la Haute-SAône.

Lors de la cérémonie des Vœux du Conseil Général de la Haute-Saône.

Les honneurs au moment de la soirée des trophées sportifs de la Ville de Lure aux côtés de Eric Houlley Maire de Lure.

Les honneurs au moment de la soirée des trophées sportifs de la Ville de Lure aux côtés de Eric Houlley Maire de Lure.

Saison 2012, dernier acte. Vivement 2013 !

Avec un peu de recul, j’ai vécu une saison exceptionnelle : beaucoup de compétitions, pas ou peu de blessure, des résultats très encourageants et une aventure incroyable baptisée Julienxterra et suivie intensément par tous mes proches. Aux commandes de cet outil de communication perfectionné, Olivier Vincent le professionnel autodidacte et inspiré. L’aboutissement, c’est cette finale à Maui avec les meilleurs mondiaux, île de rêve, dépaysement total et course très relevée. Je garde de ces 2 semaines un souvenir impérissable même si ma course me laisse un goût d’inachevé. Ce périple s’est déroulé sans encombres et pourtant il nous a emmenés à l’autre bout du monde, à près de 12500 kilomètres et 12 heures de décalage horaire. Mon fidèle compagnon Frank, de toutes les courses cette année, a immortalisé en photos et vidéo les instants clé de ce voyage, permettant à tout nos autres copains de vivre en léger différé nos aventures. La première semaine a été occupée par l’acclimatation et la préparation de la course, la deuxième au repos et à la visite de l’île. Nous avons eu la chance de rencontrer sur place des Français formidables avec qui nous avons partagé de très bons moments. Gérard et Bertrand les locaux, Delphine et Lilian les Corses et bien-sûr Jean-Michel et son fils prodige Marvin, champion du monde en titre mais malchanceux cette année. Et la course ? Tout a déjà été dit, mais voici mon impression. J’étais bien préparé mais quelque chose a manqué pour finir en beauté. Je devrais pouvoir me satisfaire de ce résultat honorable, mais au fond de moi je reste sur ma faim car je n’ai pas fait une course pleine, une épreuve a pêché. Pour quelles raisons ? Malgré une bonne gestion de course et des sensations parfaites jusqu’au trail, je n’ai jamais eu les jambes pour aller chercher le podium qui m’échappe à 2 minutes. Après la course, le kiné m’a dit qu’avec la contracture que j’avais à l’ischio gauche je n’aurais même pas du pouvoir courir. Contracture contractée il y a …5 semaines lors d’un entraînement de fractionné. Pas une excuse, une explication tout au plus. Mais, surtout, une bonne raison d’y croire encore. Parce que j’y crois, et je vais y retourner, pour le plaisir d’abord et pour faire mieux encore que cette 5ème place. Rien n’est jamais pareil et peut-être que d’autres embûches surviendront. Mais qu’importe, j’en ai rêvé et je rêve encore, et c’est là l’essence même de la motivation du sportif. Aloha Maui, je serai là l’année prochaine pour me battre et me dépasser encore plus fort. Mahalo et à bientôt.

Julien de retour d’Hawaï

Le blog de France 3 consacré au monde du cyclisme et tenu de main de maître par le passionné de petite reine Jean-Luc Gantner revient aujourd’hui sur l’aventure de Julien. A travers un papier très sympa et après avoir pu, échanger avec Julien via Skype encore sur l’île pour quelques heures, le journaliste de France 3 avait présenté l’aventure lors d’un reportage diffusé fin août (à revoir ici).

Pour lire le reportage complet de Jean-Luc Gantner cliquez sur l’image

 

 

 

 

 

 

Julien et Frank, qui l’accompagnait dans cette aventure, seront de retour en France samedi. Leur arrivée est prévue vers 20 h 40 à la gare de Lure, si vous en avez la possibilité vous êtes tous cordialement invités à venir les accueillir sur le quai.

Contrat rempli : premier Français et top 5 mondial (cat.S4 / 35-39 ans) !

Julien a pris le départ de cette finale avec l’envie de faire une belle course. Et sur ce point il n’a aucun regret à avoir. En terminant à la cinquième place et premier Français dans sa catégorie d’âge, le Luron peut être fier de sa performance, d’autant qu’à aucun moment il n’a fait de la figuration. La natation s’annonçait d’entrée de jeu « sportive« , le vent et de belles vagues étant les invités vedette de ce premier volet. Mais ce ne sont pas quelques vaguelettes qui vont effrayer notre franc-comtois. « Elles étaient nombreuses à s’écraser sur la plage mais je n’ai pas eu peur, je suis parti très vite et rapidement je me suis retrouvé devant. J’ai même eu le temps de voir une tortue au fond de l’eau, un compagnon de bon augure. Ma nage était bonne, glissant et utilisant les vagues pour avancer plus vite. Un vrai régal. La sortie à l’australienne m’a fait mal mais le deuxième tour a été bien négocié« .

Sortant de l’eau en troisième position derrière Phinney, un américain, et l’italien Rosticci, vice-champion d’Europe de la discipline, Julien a ensuite fait un parcours vélo sans faute s’adjugeant le deuxième meilleur temps derrière le Mexicain Antonio Martin del Campo, moyen en natation, qui filait tel l’éclair pour combler son retard sur les chemins poussiéreux de l’île. « Gérer, gérer, gérer. Le rythme, la chaleur, l’alimentation, les sentiers techniques, je savais à ce moment que la clé résidait dans la gestion de ma course. Je roulais très bien, accompagnant les meilleures féminines qui avançaient comme de brutes, en montée et en descente. Petite faute sur la fin, j’ai chuté sans gravité. Le parcours était magnifique et les sensations extra« , expliquait Julien. En parallèle, Rosticci, l’Italien, assure sa course en vélo tout en exécutant une transition vélo-course à pied rapide. L’américain Phinney, quant à lui, perdait presque trois minutes en VTT sur Julien, mais il n’avait pas décidé d’abdiquer !

Au sortir du parc, au moment d’attaquer la course à pied Julien, toujours en lice pour une place sur le podium, pointait avec 40′ d’avance sur Phinney son premier poursuivant mais la course entrait pour lui dans le dur, d’autant que ce troisième volet de la compétition n’est pas le point fort du Luron. Sans faire un temps exceptionnel, Phinney et son compatriote Glenn en chasse, sont petit à petit revenus sur Julien. Pour finalement le dépasser sans qu’il puisse s’accrocher. « Je n’ai pas réussi à allonger les jambes, ce n’est pas une excuse, je n’étais pas dans un grand jour de course à pied et le parcours était vraiment très exigeant, surtout les quatre premiers kilomètres tout en montée« , soulignait lucide Julien juste après sa course. Avec un grand sourire aux lèvres, il reconnaissait dans la foulée être « un peu déçu de ne pas monter sur le podium, mais j’ai eu de très bonnes sensations, je me suis vraiment fait plaisir, la natation n’était pas facile, le VTT technique. La transmission du vélo a souffert sur les dénivelés du parcours, mais les conditions météo et la température étaient idéales pour faire une belle course« . Contrat rempli donc pour Julien qui ne revient pas avec l’arc-en-ciel autour du cou mais des étoiles plein les yeux et l’envie de revenir : « Je suis à ma place et j’ai envie de rejouer l’année prochaine à ce petit jeu passionnant. Xterra, I’ll be back« .

Olivier VINCENT

Au scratch amateur, Julien termine 35e sur 571 finishers. Au classement général scratch, professionnels et amateurs confondus, Julien se classe 77e sur 630 finishers.