Les artisans du succès : l’entraîneur

professeur-et-entraineur-ShifuRègle numéro un : à ton coach tu obéiras. Règle numéro deux : si tu es fatigué, voir règle numéro un.

Prendre un coach c’est décider de s’en remettre à quelqu’un de confiance pour gérer l’entraînement et progresser. Quelqu’un qui a de l’expérience et qui reste objectif. Quelqu’un qui sait qu’on souffre en s’entraînant dur mais qui va vous motiver et ne pas laisser vos doutes prendre trop de place. Quand Vincent a accepté de me construire un plan d’entraînement pour aller chercher une place à Maui, il m’a dit « OK mais tu seras peut-être surpris et tu devras te conformer à ce que je te demande de faire. Tu te demanderas sûrement pourquoi tu dois faire çà et tu auras aussi des doutes parce que tu n’as pas l’habitude de travailler comme çà. Tu devras apprendre à travailler autrement ». Alors moi j’ai cru que j’allais en baver et faire des séances très dures, très intenses, très physiques. Eh ben non. Vincent m’a appris à travailler à la bonne allure, à la bonne fréquence cardiaque avec le bon objectif au bon moment dans la saison. Alors que moi je travaillais dur, certes, mais n’importe comment et toujours à des allures intermédiaires. Il m’a appris à récupérer, à planifier une performance, à faire des essais, quitte à sacrifier une course pour pouvoir tester un enchainement. Et avoir des sensations. Et devenir performant.

Vincent est un autodidacte. Passionné de sport, mais aussi de musique, père de famille, bricoleur et monteur de roues hors pair, il vit ses passions à fond et de front avec sa vie personnelle. Jamais avare de conseils, généreux dans l’effort, il est duathlète de haut niveau et a déjà brillé en bike and run international. Il est exigent et ne laisse rien au hasard. Quand je dis que j’ai couru un km/h plus vite que le plan je me fais rappeler à l’ordre : » respecte les allures, c’est en course que tu devras accélérer « . Je travaille depuis fin novembre avec ses plans  avec l’objectif de sortir LA course à pied le jour J, à Maui. J’ai déjà beaucoup appris mais je mesure aussi chaque jour la distance restante. J’ai progressé et j’ai envie de progresser encore. Le secret d’un coach réside là : savoir doser l’entrainement pour stimuler l’envie du coureur à progresser et lui permettre d’accroître ses performances. C’est un binôme à distance, et il fonctionne. Le dimanche soir on se raconte nos courses et on échange sur la semaine écoulée. On parle matos et projets. Une vraie relation. Et de vrais résultats. Je pars pour gagner, mais si je ne gagne pas j’aurai appris et partagé avec un passionné. Et ça vaut de l’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>