Contrat rempli : premier Français et top 5 mondial (cat.S4 / 35-39 ans) !

Julien a pris le départ de cette finale avec l’envie de faire une belle course. Et sur ce point il n’a aucun regret à avoir. En terminant à la cinquième place et premier Français dans sa catégorie d’âge, le Luron peut être fier de sa performance, d’autant qu’à aucun moment il n’a fait de la figuration. La natation s’annonçait d’entrée de jeu « sportive« , le vent et de belles vagues étant les invités vedette de ce premier volet. Mais ce ne sont pas quelques vaguelettes qui vont effrayer notre franc-comtois. « Elles étaient nombreuses à s’écraser sur la plage mais je n’ai pas eu peur, je suis parti très vite et rapidement je me suis retrouvé devant. J’ai même eu le temps de voir une tortue au fond de l’eau, un compagnon de bon augure. Ma nage était bonne, glissant et utilisant les vagues pour avancer plus vite. Un vrai régal. La sortie à l’australienne m’a fait mal mais le deuxième tour a été bien négocié« .

Sortant de l’eau en troisième position derrière Phinney, un américain, et l’italien Rosticci, vice-champion d’Europe de la discipline, Julien a ensuite fait un parcours vélo sans faute s’adjugeant le deuxième meilleur temps derrière le Mexicain Antonio Martin del Campo, moyen en natation, qui filait tel l’éclair pour combler son retard sur les chemins poussiéreux de l’île. « Gérer, gérer, gérer. Le rythme, la chaleur, l’alimentation, les sentiers techniques, je savais à ce moment que la clé résidait dans la gestion de ma course. Je roulais très bien, accompagnant les meilleures féminines qui avançaient comme de brutes, en montée et en descente. Petite faute sur la fin, j’ai chuté sans gravité. Le parcours était magnifique et les sensations extra« , expliquait Julien. En parallèle, Rosticci, l’Italien, assure sa course en vélo tout en exécutant une transition vélo-course à pied rapide. L’américain Phinney, quant à lui, perdait presque trois minutes en VTT sur Julien, mais il n’avait pas décidé d’abdiquer !

Au sortir du parc, au moment d’attaquer la course à pied Julien, toujours en lice pour une place sur le podium, pointait avec 40′ d’avance sur Phinney son premier poursuivant mais la course entrait pour lui dans le dur, d’autant que ce troisième volet de la compétition n’est pas le point fort du Luron. Sans faire un temps exceptionnel, Phinney et son compatriote Glenn en chasse, sont petit à petit revenus sur Julien. Pour finalement le dépasser sans qu’il puisse s’accrocher. « Je n’ai pas réussi à allonger les jambes, ce n’est pas une excuse, je n’étais pas dans un grand jour de course à pied et le parcours était vraiment très exigeant, surtout les quatre premiers kilomètres tout en montée« , soulignait lucide Julien juste après sa course. Avec un grand sourire aux lèvres, il reconnaissait dans la foulée être « un peu déçu de ne pas monter sur le podium, mais j’ai eu de très bonnes sensations, je me suis vraiment fait plaisir, la natation n’était pas facile, le VTT technique. La transmission du vélo a souffert sur les dénivelés du parcours, mais les conditions météo et la température étaient idéales pour faire une belle course« . Contrat rempli donc pour Julien qui ne revient pas avec l’arc-en-ciel autour du cou mais des étoiles plein les yeux et l’envie de revenir : « Je suis à ma place et j’ai envie de rejouer l’année prochaine à ce petit jeu passionnant. Xterra, I’ll be back« .

Olivier VINCENT

Au scratch amateur, Julien termine 35e sur 571 finishers. Au classement général scratch, professionnels et amateurs confondus, Julien se classe 77e sur 630 finishers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>